Méditation du 17 Juillet 2022 par le Pasteur Jean-Louis PRUNIER

Luc 10, 38-42

Ce texte a quelque chose d’étonnant à la première lecture. Regardez donc la pauvre Marthe qui s’échine, qui fait le ménage, épluche les légumes, fait la vaisselle, s’agite de tous côtés, pendant que la petite sœur, Marie, reste confortablement assise près de Jésus à l’écouter attentivement ! Et Jésus, là au milieu, qui tient un rôle qui ne lui ressemble pas, qui se laisse servir et adorer … et qui préfère Marie, celle qui ne fait rien, à Marthe, qui fait tout le travail. Cela parait injuste : on dirait que Jésus préfère Marie.

*.    *

*

Prenons quelques exemples.

Lors d’une visite que j’ai faite au Refuge, il y a de cela déjà quelques temps, il y avait une très gentille vieille dame qui aimait bien faire la prière avec moi dans sa chambre. Un jour qu’elle me racontait sa longue vie, je lui demandais quel était le nom du pasteur de sa jeunesse. La réponse m’a surpris, de la part d’une croyante. Elle m’a répondu : « Vous savez, avec un commerce à tenir et cinq enfants à élever, je n’ai pas été souvent au culte … » Cette dame pouvait ressembler à Marthe dans sa jeunesse.

A contrario, un de mes amis vient souvent au culte, car il aime entendre la Parole de Dieu, s’y plonger, et s’immerger dans la prédication. C’est pour lui un moment de paix, de repos intérieur, de détente. Mais il m’a raconté son désagrément quand, après la prédication, brutalement, on fait les annonces où, pêle-mêle, on parle des décès, des finances, ou des fêtes de paroisses. Pour mon ami, la juxtaposition de ces deux moments liturgiques pose problème, la part diaconale faisant rupture avec la part prophétique du culte. Nous avons là notre Marie !

Et puis cette dichotomie Marthe – Marie n’est-elle pas présente dans toutes les familles ? Je reconnais humblement qu’il m’arrive de me sentir un peu coupable, parfois, quand je préfère m’enfermer dans mon bureau pour lire ou étudier un texte, en laissant ma chère épouse se débrouiller seule pour l’entretien de la maison, et en attendant calmement qu’elle m’appelle pour le repas !

*.    *

*

Revenons à cette scène de l’évangile selon Luc où deux sœurs, en présence de Jésus, n’ont pas le même comportement. Nous pouvons y voir une évocation de l’Église.

C’est le cas lors du culte, par exemple, où la prédication et la Sainte Cène forment les deux pôles d’une ellipse, comme le pense le professeur Jean-François Zorn. C’est-à-dire que le culte a deux pôles : Marie, le pôle prophétique, avec ses lectures bibliques et la prédication ; et Marthe, avec la Sainte Cène, les annonces, l’offrande et la prière d’intercession. Un culte sans l’un ou l’autre de ses pôles serait incomplet. Marthe a besoin de Marie, et Marie ne peut vivre sans Marthe.

Et puis la vie de l’Église est aussi faite de nombreuses réunions, où l’on parle de finances, de cible, de vente, ou d’entretien de presbytères et de temples. Ces réunions sont des lieux d’animation ecclésiale indispensables. Mais il est tout à fait nécessaire de commencer ces réunions par une méditation biblique ou une prière. Jésus a besoin autant de Marie que de Marthe. Et si ces réunions ne sont pas placées sous le regard de Dieu, ce ne sont que des assemblées syndicales, ou des conseils d’administration d’entreprises … qui n’ont rien à voir avec l’Église.

D’ailleurs Jésus ne nous donne-t-il pas l’exemple ? Tout au long des évangile, il annonce la Parole et guérit les malades. Nous pouvons donc discerner deux pôles à son activité terrestre : la prédication et la diaconie. Et nous retrouvons ces deux pôles dans le culte et les activités ecclésiales.

*.    *

*

En définitive, Marthe et Marie représentent les deux faces du même chrétien, c’est-à-dire un être simultanément croyant et vivant dans le monde. En effet, celui qui se retire du monde, qui s’enferme dans la solitude pour y lire une Parole de Dieu désincarnée, est-il vraiment pleinement chrétien ? Et celui qui se lance dans un bénévolat tout azimut, qui se lève tôt et se couche tard au service du Seigneur, et qui finit par oublier pour quoi il fait tout cela, est-il pleinement chrétien ? L’un ressemble à Marie, l’autre à Marthe. Prenons les deux ensembles : nous aurons un chrétien, lisant et méditant la Parole de Dieu et agissant dans le monde. Il y a dans la vie d’un chrétien, commedans le culte, les deux pôles que sont la Parole de Dieu et la diaconie. Nous devons agir pour le monde, parce qu’il en a besoin et que Dieu nous y appelle. Mais nous devons avant tout savoir pourquoi, au nom de qui nous faisons tout cela. Si nous le faisons pour nous, pour notre propre gloire, nous avons tout faux. Mais si nous le faisons sous le regard de dieu, en relation avec sa Parole lue et méditée, alors nous agissons en chrétiens.

Marthe c’est la diaconie, Marie c’est l’écoute de la Parole. Or Jésus semble préférer Marie. En fait l’évangile dit seulement que Marie est prioritaire ! Marthe est certes nécessaire, mais d’abord la Parole, d’abord le Seigneur dans nos vies.  La quête matérielle est nécessaire, il faut bien vivre, mais c’est le regard spirituel que nous portons sur cette vie qui est essentiel, parce qu’il l’éclaire et lui donne sens !

*.    *

*

Notre texte de ce jour fait partie d’un ensemble assez cohérent dans l’évangile selon Luc. Tout commence par la question du légiste : « Maître, que dois-je f aire pour recevoir en partage la vie éternelle ? » Cette question, nous nous la posons tous.

Alors Jésus nous rappelle deux commandements, venus de l’Ancien Testament, qui ne forment qu’un seul commandement d’amour : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même. »

Après avoir énoncé ces commandements, Luc nous propose deux exemples : la péricope du bon samaritain qui nous parle de l’amour du prochain : Marthe et Marie, ensemble, qui nous disent comment aimer Dieu. Et Luc termine sa démonstration par le Notre Père, ce qui semble prouver l’importance de ce qui précédait.

Nous devons donc aimer Dieu en toute priorité. Mais comment aimer quelqu’un qu’on ne voit pas, et dont on n’est même pas sûr de l’existence ? Nous pouvons aimer dieu en Christ, lui qui est venu tout exprès sur terre pour nous montrer la réalité de Dieu. Mais comment aimer Christ ? En aimant notre prochain, porteur de l’image du Christ.

C’est ainsi que le chrétien passe de l’adoration au service, du culte à la diaconie, du comportement de Marie à celui de Marthe. Et c’est ainsi que le chrétien, comme le légiste, reçoit la réponse de Jésus : « Fais cela, aime ton Dieu et ton prochain, et tu auras la vie ! »

Amen

ANNONCES

Jeudi 21 Juillet : à 15 h : culte au Refuge.

Dimanche 24 Juillet : Culte à 10 h 30 au Temple de Rouvière
Culte à 10 h 45 au Temple d’Anglès

L’après-midi, à 16 h, la Société d’Histoire du Protestantisme Tarnais
propose une conférence de Jean-Louis Prunier à la salle polyvalente municipale d’Espérausse
ayant pour titre : « Les protestants d’Espérausse ».

Dimanche 31 Juillet : culte unique Sud Tarn au presbytère de St Amans Valtoret à 10 h 30

INFORMATION : Pour la journée du dimanche 4 Septembre au Musée du Désert à Mialet
Certaines personnes souhaiteraient s’y rendre.
Un transport peut être envisagé et organisé par la Paroisse en fonction du nombre de
personnes.
Pour cela, merci de vous signaler le plus tôt possible et avant le 21 Août auprès de Jean-
David Raynaud au 06 30 69 27 93