Méditation du 19 juin par le Pasteur Fidy RAKOTOZAFY

Psaume 103 – Culte intergénérationnel

Un des éléments importants qui constitue le culte est la louange. Ce temps qui est placé au début de la liturgie en général permet d’exprimer et de manifester toute notre reconnaissance à Dieu. C’est un moment de joie qui se vit en chantant, en priant de manière collective ou individuelle. Dans d’autres communautés ou d’autres cultures comme en Afrique par exemple, on danse, on tape dans les mains, on lève les mains, on ferme les yeux…Sans oublier l’accompagnement d’un groupe de musiciens qui rend le culte plus joyeux et agréable. Comme c’était le cas au dernier synode national à Mazamet. Mais les Reformés, la plupart d’entre nous ne sont pas encore habitués à vivre un temps de louange plus animé tous les dimanches ou n’osent pas se montrer mais préfèrent plutôt rester dans le classique et traditionnel. Mais peu importe, ce qui compte ce n’est pas seulement l’expression gestuelle et orale mais aussi ce qui est à intérieure de nous, ce qui sort de notre cœur, autrement dit l’intention que l’on donne. Les deux vont de pair et s’associent très bien. Chacun a la totale liberté de vivre sa foi. Ainsi, ce temps de louange permet à chacun-e de manifester sa reconnaissance à Dieu devant qui il/elle est accepté(é) tel qu’il/elle est.

Les Psaumes sont écrits pour être chantés. Ainsi, pour exprimer notre louange, on lit les psaumes qui parlent à la fois de bonheur et de malheur. Ils nous disent des paroles qui nous font du bien comme la confiance, la sécurité et des paroles qui peuvent nous choquer comme la violence, la vengeance. Ainsi en nous associant aux psaumes, notre prière est nourrie, notre louange est dirigée. Ce qui nous permet de reconnaitre la présence de Dieu au cœur de nos vies. Celui qui prend au sérieux nos joies comme nos peines, notre bien-être comme nos détresses.

Le psaume 103 commence par « Je veux dire merci au Seigneur ; de tout mon cœur, je veux remercier l’unique vrai Dieu. ». Oui, je veux remercier le Seigneur sans oublier un seul de ses bienfaits. Dans le texte hébreu, le pronom personnel « Je » est désigné par « mon être » ou « mon âme ». Ainsi, on peut le traduire comme « mon âme, n’oublie aucun des bienfaits de Dieu ! ». Mon âme, sois reconnaissant de la grâce de Dieu, de tout ce que la vie t’accorde tous les jours autant les petites que grandes choses. Remarquons que l’auteur du psaume, David, s’adresse à son être, à son nom propre. C’est étrange n’est-ce pas ? Je me parle à moi-même !

En effet, pour les Israelites, l’âme a besoin d’être secoué, réveillé qu’on peut appeler le « Toi » qui n’est autre que la personne elle-même. Du coup, on peut imaginer qu’en nous il y a le « Moi et le « Toi ». Le « Moi qui veut remercier Dieu pour tout ce qu’il a fait pour moi et le « Toi » qui oublie et qui a besoin d’être réveillé, sollicité à la reconnaissance par le « Moi ». Dans le chant, dans la louange, le Moi et le Toi forment une unité parfaite dans une seule personne pour dire merci à Dieu.

Ce matin, nous allons essayer de nous souvenir des bienfaits de Dieu qui ont marqué nos vies, nos rencontres pour lui dire merci.

Accordons-nous un instant pour partager ces moments.

Que chacun se sente libre de l’exprimer soit par une parole, un chant, prière, un temps de silence.

(Pause)

Mais est-ce que nous continuons encore à louer Dieu même lorsqu’il ne répond pas à notre prière, lorsqu’Il semble loin de nos difficultés de vivre comme le problème relationnel, la séparation, la maladie, l’échec, la perte d’emploi ? De même, trouvons-nous encore une raison de le louer lorsque la guerre et la violence ne cessent de faire des innocentes victimes dans le monde ?

Pour essayer de répondre à cette question difficile, je pense que tout est question de temps. Allons voir ce que le livre de l’Ecclésiaste 3,1 4, 8 nous dit : « Il y a un moment pour tout, un temps pour chaque chose sous le ciel… un temps pour pleurer et un temps pour rire ; un temps pour se lamenter et un temps pour danser…un temps pour aimer et un temps pour haïr, un temps de guerre et un temps de paix.». Ainsi, nous n’avons aucune maitrise sur la régulation du temps qui est en éternel mouvement. Mais à chaque seconde qui passe, nous pouvons nous réjouir avec ceux qui sont dans la joie à un moment et pleurer avec ceux qui sont dans la peine à un autre moment selon la parole de l’Apôtre Paul aux Romains 12, 15 « Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; pleurez avec ceux qui pleurent. ».

Ainsi, on peut louer Dieu lorsque ceux qui sont attristés sont consolés.

On peut remercier Dieu lorsque des prisonniers reconnus innocents sont libérés grâce à des actions menées par l’ACAT et aux soutiens de nombreuses personnes en particulier par la prière.

On peut dire merci à Dieu lorsque des enfants, des femmes et des hommes refugiés retrouvent la dignité et leurs droits, grâce à l’action menée par la CIMADE.

On peut rendre grâce à Dieu lorsqu’un jeune en difficulté retrouve l’espérance grâce à l’aide apportée par l’Entraide.

On peut remercier Dieu lorsque les gens qui habitent à l’autre bout du monde ont la joie de recevoir l’Evangile par l’action menée par le Defap.

On peut louer Dieu pour les nouveaux pasteurs qui sortent de la faculté de théologie IPT.

On peut remercier Dieu qui nous fait confiance à la mission pour laquelle il nous appelle malgré nos manquements, nos imperfections. 

On peut louer Dieu car il nous aime et ne nous abandonnera jamais.

Amen.

Annonces culte du 19 Juin 2022

Mariage : de Fabienne Picke et Didier Jean Samedi 18 au Temple de Rouvière.

Décès : Alain Cros d’Aiguefonde est décédé Mardi 14 Juin. Ses obsèques ont eu lieu Vendredi.

Nous avons appris le décès de la maman de notre trésorier John Chomel-Do en Grande-Bretagne.

Mardi 21 Juin :

Le cercle de l’amitié se rendra à Durfort pour visiter le musée du cuivre.

Départ à 13 h 30 de Mazamet ; participation demandée de 5 €

Jeudi 23 Juin : à 15 h : culte au Refuge.

18 h : dernière rencontre avant l’été du groupe de prière œcuménique à Rouvière suivi du verre de l’amitié.

Vendredi 24 Juin, à 18 h, Assemblée Générale d’Agapé à Lagoutine.

Samedi 25 Juin, de 9 h à 17 h, vide grenier au centre culturel de Lagoutine.

Dimanche 26 Juin,  Culte au Temple du Bousquet suivi d’un apéritif chez Suzy et Yann Missemer suivi d’un pique-nique pour ceux qui le souhaitent et si la météo le permet !

Dimanche 3 Juillet, culte unique à 16 h à Rouvière pour le départ à la retraite de Franck.

Pas de culte le matin.