Méditation pour le culte de Pentecôte par le Pasteur Fidy RAKOTOZAFY

Jean 14,15-26 & Actes 2,1-11

Pentecôte ! C’est la fête, c’est la joie. Voilà un des mots qui n’est pas familier de notre vocabulaire. Pentecôte vient du grec pentêkostê signifiant « cinquantième ». Mais que signifie-t-elle ? C’est une fête juive, fête du don de la Torah célébrée cinquante jours après la pâque juive. Elle est devenue une fête chrétienne célébrée au cinquantième jour du temps pascal (la résurrection de Jésus). Mais pourquoi Pentecôte est-elle si important ? Noël, la victoire de la vie sur la mort célébrée à Pâques ne suffisent-ils pas ? Que manque-t-il encore ? Qu’est-ce que Pentecôte pourra ajouter à tout cela ?

Selon le texte des Actes des Apôtres, dont l’évangéliste Luc est l’auteur, que nous venions de lire, la descente de l’Esprit a produit quelque chose d’inédit, d’extraordinaire dans le monde de la communication. En effet, l’Esprit est descendu sur un certain nombre de personnes réuni dans une maison (probablement des disciples avec des femmes et des frères de Jésus). Sa venue s’accompagne des signes représentant Dieu dans l’AT : du vent (1 Roi 19,11) et du feu (Exodes 19,18). Surprise ! L’Esprit fait parler chacun d’eux une autre langue. De l’extérieure, une foule de juifs venus d’ailleurs assiste à ce prodige. Il s’agit des étrangers représentés par 17 noms de peuples venant des quatre coins de l’Empire romains. Ils s’étonnent que ces hommes et ces femmes disent les merveilles de Dieu dans leurs langues maternelles.

Quel phonème étrange ! On se croirait dans un film de science-fiction…C’est à dire « ce que l’on considère comme impossible scientifiquement » selon le dictionnaire Robert. Imaginons. Si au moment où je vous parle, l’Esprit (invisible) descendait sur nous sous forme d’une langue de feu et se posait sur chacun-e d’entre nous ici présent. Ce serait une expérience à la fois drôle et effrayante. Chacun parlerait une langue d’un pays étranger. Ne serait-ce pas, un délire, quelque chose d’irréaliste ? Qui pourrait croire à une chose pareille ? Et voilà revient sur le tapis la fameuse question entre la foi et le doute, entre la foi et la science que nos catéchumènes ont souvent posé. Ils ont raison ! « On voit dans la foi comme une relation vivante, la présence de Dieu dans sa vie. La foi n’exclut pas le doute, elle l’inclut. Ce ne sont pas les incroyants, mais les croyants qui doutent, et leur doute est le signe d’une foi vive et fidèle » dixit le théologien, pasteur, professeur, André Gounelle. Qu’en pensons-nous ?

Ainsi, au jour de la Pentecôte, le don de l’Esprit ouvre la compréhension de la Parole de Dieu à tous, dans toutes les langues. Ce ne sont pas des langues étranges, mais des langues étrangères. Et on n’a pas besoin d’interprète. L’œuvre du Saint-Esprit consiste à rendre accessibles à la prédication des actions magnifiques de Dieu. C’est la raison pour laquelle, au culte, on prie avant la lecture de la Bible pour demander l’Esprit de Dieu d’éclairer le prédicateur, l’assemblée afin que les textes bibliques lus, entendus, commentés deviennent une parole vivante, qui parle à chacun de sa vie et au monde.  

Le miracle de Pentecôte consiste à parler Dieu dans la langue de l’autre, celle de son pays, mais aussi celle de sa culture. Ainsi peu importe mon âge, qui je suis, d’où je viens, Dieu vient me rejoindre à travers une parole et se met à ma protée. C’est-à-dire au même niveau que moi. Il comprend mon langage. Non seulement il vient jusqu’à moi mais aussi il comprend ce que je ressens : ma peine et ma joie, mes doutes et ma foi, mon désespoir et mon espérance.

Ainsi Pentecôte fait donc tomber les barrières de la langue, des frontières et permet d’adresser un message à tous sans distinction.

Dans le monde moderne, on peut communiquer facilement à quelqu’un qui se trouve à l’autre bout du monde quelle que soit sa langue, à travers les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Messenger, Tiktok, instagram…Il n’est pas nécessaire de construire une phrase en entier ni d’être très bon en orthographe. L’idée est de faire passer un message le plus court possible, rapide et compréhensible à tous à travers des signes, des images, des formes d’expression corporelle, des abréviations, acronymes, logogrammes…Il n’est pas nécessaire d’apprendre aux ados comment ça marche. Les anciens, les moins habiles ont peine à y arriver. On dirait que les réseaux sociaux copient Pentecôte !

Ainsi, il y a plusieurs manières de communiquer avec Dieu. Et parler à Dieu n’est pas uniquement réservée aux pasteurs ni à tous ceux qui ont des connaissances linguistiques élevées. Non. La relation avec Dieu est accessible à tous avec ses propres mots et langages. Et cela se passe par exemple par la prière, c’est-à-dire le fait de dialoguer avec Dieu. Et comme on ne sait pas vraiment prier, un des rôles de l’Esprit Saint c’est de venir nous aider. Il intercède en notre faveur. (Romains 8,26).

L’Esprit Saint nous apprend toutes choses et nous aide à rappeler les paroles et les enseignements de Jésus (Jean 14,26). L’Esprit de Dieu souffle, brule, éclaire mais il ne consume pas. Ainsi, l’Esprit Saint peut s’infiltrer dans notre intelligence sans que nous le sachions. Il peut venir en aide dans nos études et recherches scientifiques : médical, justice, aéronautique et spatial, économique….

Pendant les années de catéchumène, vous avez appris des tas de choses que vous ne connaissiez pas avant : sur la Bible, Dieu, Christ, le monde, la religion, l’Eglise…Je reconnais qu’il n’est pas facile de tout comprendre et de retenir d’un seul coup comme on apprend les maths ou d’histoires/Géo. Pour ne pas les oublier je vous encourage à les revoir. Car je crois profondément que cela vous apportera quelque chose de positif pour construire votre vie, pour nourrir votre capacité de réflexion, pour vivifier votre foi, pour comprendre Dieu, Jésus et le monde.

L’Esprit de Pentecôte fait naitre l’Eglise, une communauté dans laquelle vous êtes accueillis et conviés  à participer à la vie ecclésiale, à y trouver votre place.

Pour terminer, rappelez-vous que Dieu vous aime d’un amour sans limite, sans condition tels que vous êtes. N’ayez pas peur ni honte de vivre foi, d’être vous-même dans ce monde dans lequel vous êtes appelés à être des témoins de l’amour et des merveilles de Dieu.

Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu, dit Jésus. Avance. N’aie crainte. Bonne route. Amen.

ANNONCES

Jeudi 2 Juin ont eu lieu les obsèques de M. Jean-Pierre Arnaud, 83 ans au Temple Av. Rouvière.

Mardi 7 Juin :

A 14 h 30, à Lagoutine le cercle de l’amitié partira au Japon avec Jean-Claude Réberga !

Jeudi 9 Juin : à 15 h : culte au Refuge.

Dimanche 12 Juin,  Culte à 10 h 30 au Temple Av. Rouvière.

Toutes les personnes qui ont assisté au Synode et qui ont fait des photos, merci de bien vouloir les adresser sur le mail de l’EPUMA pour les rassembler .