Culte du 17 mai 2020

Lecture Biblique :

Jean 14 v15 à 21

        Jésus dit : ” Je demanderai au Père de vous envoyer quelqu’un d’autre pour vous venir en aide, afin qu’il soit toujours avec vous : c’est l’esprit de vérité.” Dieu, le fils, demande à Dieu, le Père, d’envoyer Dieu, l’Esprit, auprès des disciples.

En ce temps de traversée du Désert, nous en aurions bien besoin de cet esprit de clarté. Mais aujourd’hui où est-il ? Où se cache-t-il ?

        Tous les chrétiens s’accordent sur l’envoi par le Père de l’Esprit Saint. Les réponses divergent quand il s’agit de savoir à qui Dieu le Père l’envoie. Est-ce aux disciples, aux croyants, à la communauté, à l’Eglise, au monde ? Là s’ouvrent devant nous les grandes options théologiques chrétiennes.

       Pour la compréhension épiscopalienne de l’Eglise, la véritable Eglise du Christ est celle héritée des apôtres. C’est à elle que Jésus demande au Père d’envoyer l’Esprit de vérité. L’Eglise est le corps du Christ par lequel l’Esprit se donne. Les sacrements sont le véhicule et le signe de l’Esprit.

Une compréhension de la foi centrée sur la personne pousse les évangéliques à penser que Dieu le Père envoie l’Esprit à chaque croyant. Dieu l’appelle à se convertir en renonçant à sa vie passée centrée sur elle-même, et en acceptant Dieu dans son cœur. Le converti reçoit alors le baptême de l’Esprit attesté par des fruits comme la glossolalie, les dons de guérison …

       Qu’en est-il des calvinistes ? La réponse est difficile à cerner parce que la réponse est faite plus de refus, de négations que d’affirmations et de certitudes.

       En effet, nous lisons dans la Bible que l’Esprit est un souffle qui va où il veut. Nous ne pouvons pas l’enfermer dans une institution, ni un discours théologique. Ceci explique notre attitude d’extrême prudence. L’Esprit se donne, il n’est pas notre chose, un objet que l’on pourrait posséder.

       Alors que pouvons-nous faire ? Devons-nous rester dans un attentisme prudent envieux des autres religions mais toujours réservé, bon calviniste ? Pour esquisser une réponse, je vous propose d’emprunter deux directions.

       1) La première est tournée vers l’intérieur de nos églises. Sommes-nous sûrs que les défauts que nous dénonçons dans les autres églises chrétiennes en se retrouvent pas dans nos communautés sous un autre nom.       Au nom de l’Ecriture, nous dénonçons l’épiscopalisme, mais sommes-nous sûrs que nos fonctionnements ecclésiaux ne le ressuscitent pas ?

       Que dire de l’adoration du pieux souvenir de certains pasteurs ? (En général, ils sont partis ou morts). Que dire de ces frères et ces sœurs qui jugent l’église et ses serviteurs comme le dénonce le psaume 73 : « leur langue n’épargne rien sur terre ». Quant à la mode actuelle qui consiste à vouloir que l’église se dote des moyens modernes d’efficacité et d’entreprise, ne risquons-nous pas de ressusciter des fonctionnements que nos pères ont rejetés. Nous rêvons de chefs d’entreprise, méfions-nous qu’ils ne deviennent pire que des cardinaux !

       N’élevons pas au rang de saints des personnes qui sont comme vous et moi, c’est à dire pécheresses et en même temps aimées de Dieu !

       2) Mais ne pourrions-nous pas faire un pas de plus ? Ne pourrions-nous pas nous laisser enrichir par les autres compréhensions de la venue de l’Esprit ? Je ne parle pas ici du confusionnisme œcuménique qui fait si peur à certains. Non, je me demande si nous ne pourrions pas aller chercher dans les autres traditions ecclésiales ce qui pourrait nous enrichir.

       La prière, le sérieux de l’engagement …

       MERCI Seigneur pour ton Esprit de Vérité ! AMEN

Prière : (Eglise luthérienne danoise)
 
Père céleste, notre espérance et notre refuge,
Nous te rendons grâce pour la foi et l’espérance
En un ciel nouveau, en une terre nouvelle

Où tu seras tout en tous.
Nous te rendons grâce pour le salut déjà présent en notre Seigneur Jésus-Christ et pour la communion au salut à laquelle tu nous appelles et pour laquelle tu nous envoies.
Guide-nous par ton Saint Esprit
Lorsque nous prions pour notre vie et notre monde !

Franck Bergeron pasteur

Contacts :   Pasteur FR  06 48 51 82 77
      Pasteur FB  06 32 96 86 50
Présidente   06 42 52 04 79

Mot de la présidente :

Bien chers amis Paroissiens,

Cette semaine ont eu lieu, au cimetière protestant, les obsèques de Monsieur Jacques Escande, 14 Avenue du Général de Gaulle. Madame Paulette Guiraud du Bout du Pont de l’Arn est décédée le 13 Mai. Les obsèques auront lieu samedi 16. Nous avons appris également le décès de l’épouse du Pasteur Michel Bonneville.

En ce temps de déconfinement, le Conseil Presbytéral réfléchit et prépare le retour dans nos lieux de culte et a hâte de vous y retrouver dès que nous en aurons l’autorisation ! Que Dieu bénisse et accompagne chacun de vous.

Fraternellement.

Josiane Estrabaud