Culte du 24 mai 2020

L’enregistrement du Culte du 24 mai par le Pasteur Fidy Rakotozafy

Parole d’accueil

Chers frères et sœurs, c’est le Seigneur qui nous accueille.

Soyez les bienvenus pour ce temps de rencontre et de communion, en ce
dimanche entre l’Ascension et la Pentecôte, ce temps où nous sommes rassemblés
au-delà des distances.

Voici venu le temps de la halte qui nous invite à l’essentiel,

Sans artifice ni faux semblant, pour accueillir la nouveauté.

Voici venu le temps du silence qui désencombre nos journées

De l’inutile, du superflu, loin des sécurités toutes faites.

Voici venu le temps de la prière qui fait taire notre imagination,

Qui stoppe les courses folles où nous sommes embarqués.

Voici venu le temps d’un dialogue avec Celui qui est, qui était et qui
vient :

Dieu nous donne rendez-vous pour un instant de vérité ;

Il nous donne sa grâce et sa paix.

« Ecoute Seigneur, ma voix qui crie vers toi ! ».

Amen.

Malgré ce que nous ressentons parfois comme un silence,

Dieu nous écoute et nous parle.

Louons Dieu:

Merci pour le temps que tu m’accordes encore aujourd’hui ;

Aide-moi à réserver à chaque jour :

Le temps de te rencontrer,

Le temps d’écouter les autres, et de m’en préoccuper,

Le temps de respirer et d’admirer,

Le temps de sourire et de remercier,

Le temps de m’arrêter et de réfléchir,

Seigneur,

Que ton esprit habite le temps que tu m’offres,

Et lui donne sa dimension d’éternité.

Chantons: Que nos chants joyeux (Arc
81)

Prière avant la lecture de la Bible.

Notre Père, nous te prions de renouveler nos vies, de les rendre
claires et belles sous, la lumière de l’Évangile. Que ta Parole nous atteigne
au plus secret de nous-mêmes, que ton amour emporte nos volontés défaillantes
ou rebelles, que ta joie nous attende au terme des chemins semés d’obstacles et
bordés de merveilles. Car tu es un Dieu de vie, et tu prends soin de tes
enfants.

Amen.

Lecture biblique : Actes 1,12-14

12 . Alors ils retournèrent à Jérusalem, depuis le mont dit des
Oliviers, qui est près de Jérusalem, dans le rayon des déplacements autorisés
le jour du sabbat.

13. Quand ils furent rentrés, ils montèrent dans la chambre à l’étage
où ils se tenaient d’ordinaire ; il y avait Pierre, Jean, Jacques et André,
Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques, fils d’Alphée, Simon le
Zélote et Judas, fils de Jacques.

14. Tous, d’un commun accord, étaient assidus à la prière, avec des
femmes, Marie, mère de Jésus, et les frères de celui-ci.

Prédication

Depuis le début du confinement jusqu’à ce jour, la communion dans l’invisible s’est accentuée fortement. Il y a nécessité de se rassembler, d’être en lien avec d’autres pour atténuer la lourdeur de l’isolement. Grace au large choix des moyens de communication, il est possible de se soutenir mutuellement entre familles, amis, collègues de travail, voisins, proches ou éloignés par des simples gestes de sympathie et d’humanité.

Comme vous le constatez, les différentes communautés religieuses se
sont aussi mobilisées pour essayer de préserver ce lien de fraternité et
d’apporter un message de confiance et d’espérance. La chose qui m’a beaucoup
marqué c’est le rassemblement par la prière. C’était comme un RDV fixé tous les
jours pour prendre l’apéro entre amis.

Par exemple, la Région Sud-Ouest de l’Eglise Protestante Unie
proposait tous les jours à 18h00 un temps de prière qui accueillait de 59 à 306
personnes par jour. Ce temps de rassemblement méditatif permettait à chacun
d’être en communion avec Dieu mais aussi de vivre une communion fraternelle
dans l’invisible.

Si la prière est un facteur de rassemblement, en quoi est-il si
important de prier dans notre vie quotidienne et en particulier en période
difficile? Nos prières sont-elles entendues et exaucées? Transforme-t-elle nos
vies, le monde ? A qui et au nom de qui nous adressons notre prière ?

L’extrait des Actes des Apôtres présente la première communauté
assemblée en attente de la venue du don de l’Esprit à la Pentecôte promis par
le Christ avant son Ascension par Dieu qui a eu lieu à Béthanie, précisément à
proximité de Jérusalem. En effet, le groupe de disciples et ces femmes ont été
sans doute éprouvés, désespérés de voir leur avenir incertain en l’absence de
Jésus. Celui sur qui ils comptaient est parti.

Désormais, ils doivent se préparer à la mission pour laquelle ils seront
envoyés s’agissant de répandre l’Evangile dans le monde. Ils seront alors les
futurs témoins de ce qu’ils ont vécu, vu, entendu et seront les futurs
responsables de la transmission de la Bonne Nouvelle.

De retour à Jérusalem, le lieu de départ de la mission, les disciples et les femmes, désorientés et perdus, avaient besoin de se retrouver pour prier. Cependant l’évangéliste Luc, étant toujours précis dans ses écrits, ne nous donne pas plus de détails sur le contenu de ce temps de prière. Mais il est clair que « tous, d’un commun accord, étaient assidus à la prière… ». Luc insiste sur l’exemplaire unanimité de la communauté. C’est-à-dire sur la volonté de rester unis et solidaires dans les moments de doutes et difficiles

Cette première communauté chrétienne de Jérusalem a hérité des
pratiques spirituelles du judaïsme. Ayant côtoyés Jésus, elle a dû s’inspirer
probablement :

  • de la Parole de Jésus, par exemple « Veillez et
    priez, afin que vous ne tombiez point dans la tentation ; l’esprit est prompt,
    mais la chair est faible »Mat 26,41,
  • de sa manière de prier (se mettre à l’écart dans
    le silence) Luc 9,18,
  • de son enseignement sur la prière « Le Notre
    Père » Mat 6,7-13.
  • de la relation d’amour mutuel qui unit Dieu et
    son Fils Jésus-Christ. Jean 17

La réunion se déroulait dans une chambre à l’étage où ils se tenaient
habituellement.

Sans doute, c’était un endroit aménagé qui ne leur est pas familier
pour se recueillir, pour méditer, pour communier ensemble, pour partager. Cela
fait penser à un quartier général.

La prière est aussi présente et a sa place au cœur de notre assemblée
dominicale, de nos ecclésioles, de la prière œcuménique du jeudi, de la
méditation du Conseil Presbytéral, de la catéchèse…de nos rassemblements dans
l’invisible en ce contexte particulier.

La prière est un dialogue avec Dieu dans lequel l’homme est appelé à
parler à Dieu tout en restant lui-même. Il n’a pas besoin d’essayer de lui
plaire par des offrandes, des bonnes actions pour que Dieu entende et réponde.
Il n’est pas non plus question de Lui donner des ordres ni de savoir prononcer
des belles phrases ni d’être au préalable une personne pieuse ou spirituelle.
Mais ce que Dieu demande c’est d’être disponible tout entier à lui dans la
prière dixit le théologien Jacques Ellul. C’est-à-dire lui offrir notre cœur,
notre vie et notre personne en totalité car Dieu s’est donné tout entier pour
nous en la personne de Jésus-Christ.

Dans le même sens, selon le pasteur André Dumas, prier c’est « causer
» avec Dieu.

« En causant, on perd du temps par rapport à l’action, sans doute
aussi par rapport à la réflexion, mais on gagne du temps contre la solitude et
la fermeture. En causant, on déplie sa vie jusqu’à se trouver dans le confort
de l’intimité et dans l’ampleur de la compréhension. Une causerie n’est ni une
déclaration, ni une exhortation, ni un discours. ». Chacun est accueilli avec
ses mots et reconnu devant Dieu inconditionnellement dans sa singularité et sa
fragilité.

Ce début de confinement peut être un nouveau départ pour renforcer nos
liens fraternels et notre communion avec Dieu à travers la prière.

Elle permet aussi de discerner une vocation diaconale. Elle encourage,
rassure et donne confiance avant de se lancer dans l’action comme les Œuvres et
Mouvements, l’œuvre sociale. Elle s’accompagne d’un acte, d’un agir. Ainsi, la
prière ne rend pas statique mais dynamique. Elle mobilise, met en mouvement
pour passer à l’action, à des choses concrètes face à la misère, suite à un
appel d’un A(a)utre.

Notre monde, notre communauté ont besoin de ta prière. Ne te lasse pas
de prier. Prie.

L’Ascension du Christ n’est pas signe d’abandon mais la condition
d’une nouvelle présence par la promesse de l’Esprit-Saint.

Que le Dieu de grâce vous comble de son amour et de sa présence en
Jésus-Christ.

Amen.

Moment musical

Prière d’intercession

Seigneur, répand ta lumière sur tous ceux qui, dans la nuit du doute
et du découragement, te cherchent, sans pouvoir te trouver.

Que ton Esprit nous enseigne à prier, éclaire notre foi.

Espérance de tous ceux qui souffrent, nous te confions les grands
malades, ceux qui sont victimes de la haine, de la concurrence, de la guerre,
des intempéries, et tous ceux qui, pour quelque raison, se sentent tristes,
délaissés ou méprisés, fatigués.

Reçois nos prières, Seigneur, comme une forme d’engagement de notre
part, car nous savons que tu as aussi besoin de nous.

Que ta lumière soit pour tous une source de joie et d’espoir.

Prions encore ensemble avec le Christ,

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne
vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous
aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous
pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous emporte pas dans
l’épreuve mais délivre-nous du malheur, car c’est à toi qu’appartiennent le
règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles.

Amen

Envoi

Réjouissez-vous toujours,

Priez sans cesse.

Rendez grâces en toute circonstance,

Telle est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus Christ.

N’éteignez pas l’Esprit,

Ne méprisez pas les paroles des prophètes,

Examinez tout avec discernement : retenez ce qui est bien,

Abstenez-vous du mal sous toutes ses formes.

Recevez la bénédiction de la part de Dieu :

Que la grâce de notre seigneur Jésus Christ soit avec vous.

Arc en ciel 427 « Tu me veux à ton service
»

Ce temps de culte se termine mais nous restons en communion dans la
prière.

Bon dimanche. A dimanche prochain !

Culte préparé par le Pasteur Fidy RAKOTOZAFY