Culte du 26 avril 2020

  • L’enregistrement du Culte 26 avril par le Pasteur Fidy Rakotozafy

Parole d’accueil
Que la Paix et la grâce de Dieu soient avec vous !
Bonjour et soyez les bienvenus en ce deuxième dimanche après Pâques. Là où nous
sommes, Dieu nous rejoint par sa Parole et nous rassemble par son Esprit.
Par son amour, Dieu se révèle à nous, en Jésus-Christ, comme le bon berger, le
compagnon de route.
Réjouissons-nous car Dieu n’est pas un dominateur, éternel indifférent au monde qu’il
a créé. Au contraire, Il s’y fait connaître, Il y fait retentir sa parole.
Réjouissons-nous car Jésus-Christ est mort et ressuscité et aujourd’hui, il est vivant.
Père, tu bénis ce temps de culte. Donne-nous de nous réjouir de ta présence parmi nous, d’être disponible à l’Evangile, d’accueillir ton Saint-Esprit et de rencontrer Jésus-
Christ.

Nous louons Dieu :

Seigneur notre Dieu,
Nous te louons et nous te bénissons pour ta parole dans nos silences,
pour ta fidélité dans nos errances, pour ta lumière dans nos obscurités,
pour ta foi dans notre incrédulité.
Nous te louons et nous te bénissons pour ta source dans nos déserts,
pour ta vie dans nos cimetières, pour ta présence dans nos exils,
pour ton souffle sur notre argile.
Nous te louons et nous te bénissons pour ton feu dans nos nuits,
pour ta paix dans nos conflits, pour ton Fils dans nos malheurs,
pour ta guérison dans nos peurs.
Nous te louons et nous te bénissons pour ta victoire sur nos inquiétudes,
pour ton pain dans notre solitude, pour ton Évangile sur notre blessure,
pour ta résurrection dans nos fractures.

Chantons Arc en ciel 429 : « C’est vers toi que je me tourne »

Prière avant la lecture de la Bible.
Seigneur, ta Parole est pour tous les hommes semence de vie, ferment du Royaume et
germe d’espérance. Dispose nos coeurs et nos esprits pour que nous la recevions avec
simplicité et avec joie. Que ta Parole nous fasse porter les fruits que tu attends.
Nous te le demandons par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen.

Lecture biblique : Luc 24,13-35, version Nouvelle Bible Second
13 Or, ce même jour, deux d’entre eux se rendaient à un village du nom d’Emmaüs, à
soixante stades de Jérusalem,
14 et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé.
15 Pendant qu’ils s’entretenaient et débattaient, Jésus lui-même s’approcha et fit route
avec eux.
16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
17 Il leur dit : Quels sont ces propos que vous échangez en marchant ? Ils s’arrêtèrent,
l’air sombre.
18 L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit : Es-tu le seul qui, tout en séjournant à
Jérusalem, ne sache pas ce qui s’y est produit ces jours-ci ?
19— Quoi ? leur dit-il. Ils lui répondirent : Ce qui concerne Jésus le Nazaréen, qui était
un prophète puissant en œuvre et en parole devant Dieu et devant tout le peuple,
20 comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour qu’il soit condamné à mort
et l’ont crucifié.
21 Nous espérions que ce serait lui qui apporterait la rédemption à Israël, mais avec
tout cela, c’est aujourd’hui le troisième jour depuis que ces événements se sont
produits.
22 Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont stupéfiés ; elles se sont
rendues de bon matin au tombeau et,
23 n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire qu’elles avaient eu une vision
d’anges qui le disaient vivant.
24 Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au tombeau, et ils ont trouvé
les choses tout comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu.
25 Alors il leur dit : Que vous êtes stupides ! Comme votre cœur est lent à croire tout
ce qu’ont dit les prophètes !
26 Le Christ ne devait-il pas souffrir de la sorte pour entrer dans sa gloire ?
27 Et, commençant par Moïse et par tous les Prophètes, il leur fit l’interprétation de ce
qui, dans toutes les Ecritures, le concernait.
28 Lorsqu’ils approchèrent du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.
29 Mais ils le pressèrent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est
déjà sur son déclin. Il entra, pour demeurer avec eux.
30 Une fois installé à table avec eux, il prit le pain et prononça la bénédiction ; puis il le
rompit et le leur donna.
31 Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux.
32 Et ils se dirent l’un à l’autre : Notre cœur ne brûlait-il pas en nous, lorsqu’il nous
parlait en chemin et nous ouvrait le sens des Ecritures ?
33 Ils se levèrent à ce moment même, retournèrent à Jérusalem et trouvèrent
assemblés les Onze et ceux qui étaient avec eux,
34 qui leur dirent : Le Seigneur s’est réellement réveillé, et il est apparu à Simon !
35 Ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment il s’était fait
reconnaître d’eux en rompant le pain.

Prédication
Trois jours après la résurrection du Christ, deux pèlerins sont en route vers un village
d’Emmaüs. Probablement, ils font partie des 70 disciples qui ont été envoyés par Jésus
que Luc seul mentionne au chapitre 10. Le premier, Cléopas était un homme et pourrait
être l’époux de Marie qui se trouvait sous la croix de Jésus, avec les autres Marie
(Jean19, 25). Quant au second disciple, Luc ne donne aucun indice. Aurait-il imaginé
une femme ? Un homme ?Leur discussion semblait intéressante et bien animée! Ils passaient en revue les événements des jours passés. Autrement dit, les nouvelles qui se répandaient dans la région concernant la condamnation à mort de Jésus leur maitre et la disparition de son corps du tombeau. Remarquons qu’ils n’ont pas utilisé le terme « résurrection » pour décrire le tombeau vide. Car leur dernier espoir se reposait sur Jésus comme celui qui va délivrer Israël de l’oppression politique des romains ou sans doute de la mort.
Les deux disciples étaient déçus et tristes à cause de la mort de Jésus, un prophète
persécuté par les autorités. Pour eux, il est invraisemblable que le Messie soit un être
faible et non-puissant face à n’importe quel pouvoir, et encore moins puisse mourir sur
une croix. Ainsi, pour eux, il était difficile de croire que Jésus est ressuscité, qu’il est le
Messie malgré les annonces faites aux disciples.

Comme ces deux disciples, nous attendions peut-être un Dieu tout puissant qui allait
faire disparaitre avec un coup de baguette magique ce coronavirus afin de libérer le
monde de son œuvre dévastatrice. Nous espérions qu’il allait faire un miracle pour que
le temps de confinement cesse et que nous puissions reprendre au plus vite notre vie
normale telle que nous l’avions vécue auparavant. Mais malheureusement, la situation
nous révèle que le virus est toujours là et que nous devons rester confiner pour
combattre ce mal. Le retour à la normale n’est pas pour demain mais à venir.
Aujourd’hui, nos habitudes changent. Nous devons dépendre des autres et subir les
contraintes de confinement et plus tard du déconfinement. Dans le chamboulement de
nos repères, de nos projets, de nos liens sociaux, de nos vies, où est donc Jésus le
ressuscité ? Pourquoi ne se montre-t-il pas à nous alors que nous avons besoin de son
secours ?

Ce temps de confinement peut être vécu seul ou en groupe. Sans doute c’est quelque
chose de banal et sans difficulté pour les uns mais au contraire inédit et très douloureux
pour d’autres. Malgré les restrictions imposées, ce temps peut être un temps précieux
qui nous permet de nous questionner sur nous-même et sur le monde. Qu’est ce qui est
vital pour nous aujourd’hui ? Sur qui et sur quoi repose notre sécurité, notre lendemain?
Quelles sont nos profondes convictions et affirmations que nous jugeons déjà acquises,
certaines, intangibles qui fondent notre existence ?
Ainsi ce temps de pause à l’encontre de notre volonté n’est pas un simple passe-temps
passager mais nous permet de faire un tête-à-tête avec nous-même au lieu de remplir
par tant de choses le vide qui nous importune. « La solitude contrainte » nous fait sortir de
la toute-puissance. Elle nous remet à notre juste-place dixit la psychanalyste Françoise
Vidal Champetier.

Les deux disciples avait reçu un compagnon de route, un inconnu. L’irruption de cet
étranger au cœur de leur conversation les a tellement déroutées par son interprétation
des Ecritures qu’ils finirent par s’attacher à lui. Il leur a montré leur erreur que le Messie
ne pouvait pas rentrer dans la gloire de Dieu sans passer par la souffrance ni la mort
sur la croix. Ainsi, Dieu n’est pas venu en Jésus-Christ pour régner sur le monde dans
sa toute-puissance. Mais Il est venu pour nous rencontrer dans la foi dans le Ressuscité
afin que nous ayons la vie.
L’évènement ultime de ce récit est la suivante : ils sont sortis de leur aveuglement, c’est
à dire de la lenteur de leur foi à l’instant où le Ressuscité révèle sa présence par la
fraction du pain et la bénédiction. Leurs yeux s’ouvrirent, c’était ainsi qu’ils l’ont reconnu.

Dans ce face à face à nous-mêmes, laissons venir cheminer avec nous le Christ
ressuscité au cœur de nos questionnements. Comme les disciples, laissons-le-nous
interpeller, bousculer par l’écoute et la compréhension du sens des Ecritures. Pour
marquer la communion, nous pouvons reprendre ce vieux rituel à faire avant de
manger, soit la bénédiction du repas.

Dans le récit, la présence du Christ est réelle mais provisoire. Il est à peine vu qu’il a
déjà disparu. Comme c’est étrange cette présence et absence soudaine. En effet,
vouloir le retenir, c’est l’accaparer comme un objet en notre possession. Au lieu de
chercher à trouver notre juste place, c’est nous qui allons prendre la place d’un dieu.
Dans notre vie aussi, sous le regard de la foi, la présence de Dieu en Jésus-Christ est
réelle mais invisible. Paradoxalement, il est présent dans son absence comme il est
absent dans sa présence. Ainsi c’est à nous d’abandonner de représenter Dieu à notre
image tel que nous le souhaitons qu’il soit.

Ayez confiance, tenez bon. Laissez Dieu prendre en main votre existence.
C’est au cœur nos échecs et déceptions que viennent pénétrer la vie et l’Esperance.

En ce temps où règne le silence, que le Seigneur ouvre nos yeux pour
connaitre/reconnaitre sa présence à travers les visages de toutes les personnes qui
portent secours aux malades, aux familles défavorisées, à ceux qui accompagnent les
familles endeuillées, qui prennent soin de nous et des autres. Que l’amour de Dieu brule en nous en tout temps et soit la force qui nous mettra en
route vers la vie.
Amen.

Moment musical

Prière d’intercession
Seigneur notre Dieu
Nous te rendons grâce car tu ne nous laisses pas seuls dans nos détresses, dans nos
déceptions.
Nous te rendons grâce pour tous les compagnons de route qui rendent présent le
Ressuscité et qui nous font redécouvrir le sens de ta Parole, le sens et le chemin de nos
vies.
Nous te prions pour tous ceux qui manifestent ton amour auprès de ceux qui marchent
dans l’ombre de la mort, de ceux qui sont malades, de ceux qui sont délaissés, de ceux
qui vivent dans l’angoisse. Accorde nous de les soutenir et de ne pas rester aveugles,
insensibles à la difficulté de leurs missions.
Donne-nous des mains ouvertes pour accueillir. Donne-nous des mains ouvertes pour
partager. Donne-nous des mains ouvertes pour consoler.
Accorde-nous le désir de rencontrer le Ressuscité et de proclamer qu’il est vivant.

[Dans le silence, confions à Dieu ce qui nous tient particulièrement à cœur]
Prions ensemble,
Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta
volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce
jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont
offensés. Ne nous emporte pas dans l’épreuve mais délivre-nous du malheur, car c’est
à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles.
Amen

Envoi
Toi mon frère, toi ma sœur, sais-tu que tu es l’ami de Dieu ?
Il te précède et t’accompagne.
Dans ta peur, il est une danse. Dans ton désert, il est espérance.
Dans tes joies, il est sourire. Dans ton attente, il est le désir.
Dans ta peine, il sèche tes larmes. Dans ton combat, il te désarme.
Dans tes projets, il est chemin. Dans tes nuits, il est le matin.
Recevez la bénédiction de la part de Dieu :
Que l’amour du Père, du Fils et du Saint-Esprit vous conduise, vous soutienne, vous
accompagne, tout au long de la semaine qui vient.
Le Seigneur est avec vous, et vous donne sa paix. Amen.

Arc en ciel 882 « Que la grâce de Dieu soit sur toi »

Ce temps de culte se termine mais nous restons en communion dans la prière.
Bon dimanche. A dimanche prochain !

Culte préparé par le Pst Fidy RAKOTOZAFY,